• Danielle. G. Pétrus

Mille Femmes Blanches, de Jim Fergus

Déçue déçue... On m’en avait dit tant de bien. Je ne sais pas à quoi cela tient, au sujet, à l’écriture ou à la traduction, mais à aucun moment je ne suis entrée dans l’histoire.

L’histoire, parlons-en : le président Grant aurait passé un deal avec un chef indien. En gros : « échangerai mille femmes blanches contre mille chevaux ». Pourquoi cela ? Pour qu’elles convertissent et civilisent les Cheyennes. Le transfert devant se faire en plusieurs fois, un groupe de femmes est expédié, composé de prostituées, de femmes en quête de sainteté ou d’argent, parmi lesquelles l’héroïne, May, une mère de famille enfermée injustement à l’asile par son père et qui voit là une manière de retrouver la liberté.

Déjà, l’histoire n’est absolument pas crédible, d'ailleurs l’auteur lui-même précise que jamais une telle transaction n'a eu lieu, ce qui décourage ensuite d’adhérer au récit. Pourtant, c’était bien parti, certains personnages semblaient avoir de l’épaisseur, mais juste un peu au début. Ils deviennent des faire-valoir pour l’héroïne et très rapidement on s’ennuie. Le style de l’auteur qui se place dans la peau d’une femme issue de la bourgeoisie, propulsée chez les "sauvages" est désincarné, il décrit la vie au camp, sans y mettre de sentiments, mais beaucoup de jugements abrupts sur les Cheyennes (Il y a moins de clichés dans Lucky Luke). Son idylle avec le beau capitaine ne tient pas la route, pas plus que celle avec le chef indien (parce que forcément elle est mariée au chef indien et pas au dernier de la troupe) Les Cheyennes sont représentés comme les bons sauvages, tellement proches de la nature, et pas méchants du tout, sauf quand ils ont trop bu et qu’ils scalpent leurs voisins. Pas de viols chez eux (quoique la cérémonie du mariage où on drogue les femmes me semble bien en être un ou alors on m’aurait trompée), mais on va plutôt forcer les squaws des Sioux et inversement. D’ailleurs nos héroïnes sont violées, mais comme elles sont braves et qu'elle ne veulent pas embêter leurs maris avec ça, elles supportent très bien, elles sont tellement courageuses. May est gentille, serviable, elle ose prendre la parole et tenir tête au chef qui apprécie, elle sauve tout le monde et se sacrifie pour ses sœurs.

Bref, ce livre n’apporte rien ou pas grand-chose. Lisez plutôt Le Chemin de la Montagne de Pluie de N. Scott Momaday

120 vues
© 2020 by Qoug.